Nature et Patrimoine de Moissat

Les sobriquets de Moissat

LES SOBRIQUETS ANCIENS DE MOISSAT (1669 à 1900)

 

            La consultation des registres paroissiaux d’avant la Révolution et ceux de l’Etat civil nés de cette Révolution, permet de connaître de nombreux sobriquets ou surnoms attachés aux familles de Moissat. Ce sont naturellement les patronymes les plus portés qui possèdent le plus grand nombre de surnoms, comme BLATEYRON, CHALARD, COURAREL, DELORME, HUGUET, LAGEYRE, MADEAURE, PINET, REIGNAT et TOURGON. En un temps où l’éventail des prénoms est étroit, le sobriquet permettait de reconnaître plus aisément les différentes souches des familles possédant le même patronyme. Ils étaient donc couramment utilisés dans la rédaction des actes de baptêmes/naissances, de mariages et de sépultures/décès. Sur plus de 140 surnoms recensés, quelques-uns sont arrivés jusqu’à nous et possèdent des descendants vivant à l’heure actuelle, ou qu’on a connu. D’autres sobriquets ont été rencontrés dans d’autres textes anciens, comme ROMEUF Carco, mais jamais dans les registres. Ils ne sont pas répertoriés ici.

 

            Voici d’abord ceux découverts de 1669 jusqu’à la Révolution :

 

            - AGIER Guillaumont, Vitour, Salas ;

            - ASPERT Armand, Taraillon ou Taraillou ;

            - BAGET Champagne, BAGET dit le médecin ;

            - BAYARD Beccat, Coupat ;

            - BELISME Buvandon, Crenelle ou Grenelle, Lageyre ;

            - BESSEDE Seneyre ;

            - BLATEYRON Bartillou, Guiot, Maranne, Roche, Tiénou, Tourgon ;

            - BOST Donat ;

            - BAP Pinsoux ;

            - CELLERIER Salomon ;

            - CHALARD Brave Bénit, Laquette ou Lanquette, Le Friand, Toniard ;

            - CHANONY Verni ;

            - CHAPEL Barrat ;

            - CHARNY Rigoutoux ;

            - CODEIGNAT Toure ou Taure, Guérin, Foindette ;

            - COHERIER Manitout ;

            - COUDENCE Brugeyre ;

            - COURTY Gabeleire ;

            - COUTAREL Chambray, Coutandou, Marand, Pradou ;

            - DALBIGNAT Coudeignat, Geney ;

            - DELORME Bedeine, Cormède, Lepage, Paliarce, Pioussel, Ragot, Rigoulet, Taussat ;

            - DEMONNE Chicou ;

            - DENIS Petit Jean ;

            - FLEURET Minon ;

            - FUSIER Mourgou ou Mourgue ;

            - GAUTHIER Carabouty, Dodat ;

            - GENESTOUX Penout, Fuzier, Rabat ;

            - GUERIN Garamy ou Gamary ;

            - HERAUX Giat ;

            - HUGUET Charpillou, Petit Jean, Seydet, Simonet, Travers ;

            - JACQUET Bacholier ;

            - JALLAT Capitaine ;

            - JURY Chicou ou Lichou, Laurent ;

            - LAGEYRE Bertrand, Catalat, Couteau, Le Bailli, Legat, Liandou, Marsay, Nouvelloux, Roucha, Rouchetou, Tauri ou Taurin ;

            - MADEAURE Bedeine, Boussat, Calat, Coumeroux, Granet, Gourlout ou Gourlaud, Jouselou, Morand, Roméo, Teynou ;

            - MONTEL Bedaine ;

            - NUGEYRE Marat ;

            - PINET Bignant, Granet ou Grenet, Lagoutte, Vignalat ou Vignole ou Lou Vignalou ;

            - PUYFOUILLOUX Bienayze ;

            - REIGNAT Boussard, Calat, Gady, Paille, Rigoutoux ;

            - RIBEROLLE Carcassat ;

            - ROMEUF Fourinat, Gilberton, Simonet ;

            - SARRE Pinquette ;

            - SOULIER Mourgou, Pouclat ;

            - TOURGON Barrou, Bourra, Lagaye, Moédat ;

            - VIGERAL Marsat .

 

 

           

            Dans l’Etat civil de 1792 à 1900 la plupart des sobriquets ci-dessus subsistent. D’autres apparaissent :

 

            - ASPERT Tote ;

            - BAGET Sailloux ou Failloux, La Calade ;

            - BOST Laroze ;

            - CHALARD La Perche, Lacombe ;

            - CODEIGNAT Gary ;

            - DEMONNE Babiant ;

            - GAUTHIER La Violette ;

            - GENESTOUX Chazerat, Le Chasseur, Sanelle ;

            - GUERIN Biard ;

            - HUGUET Pozat ;

            - JALLAT Charto ;

            - JURY Jeantounet ;

            - LAGEYRE Biard, Mercier ;

            - MADEAURE Bernard, Baguette,  Grizat, Traque ;

            - PINET Farot ;

            - REIGNAT Marmaillot, Gailleur ;

            - RIBEROLLES Pirou, Perpignan ;

            - VIDAL Armanat.           

 

 

            Les origines de ces surnoms sont difficiles à établir. Elles vont rester dans le mystère pour la plupart. Cependant on peut émettre des hypothèses, quelques probabilités et peu de certitudes. Des sobriquets proviennent du patronyme d’une ancêtre plus ou moins lointaine et de sa propre ascendance, comme BELISME Lageyre, BLATEYRON Tourgon, COUDENCE-Brugeyre, COUTAREL Chambray (ce qui est avéré : un COUTAREL a épousé une CAMBRAY ou CHAMBRAY), DALBIGNAT-Coudeignat, GENESTOUX Fuzier (ce qui est également avéré). Dans ces cas le nom de cette femme est déjà porté à Moissat, à cette époque.

            Dans beaucoup d’autres cas le patronyme est rencontré, ailleurs qu’à Moissat, comme AGIER Guillaumont, ASPERT Armand, BAYARD Coupat, BLATEYRON Guiot, Maranne, Roche, BOST Donat, CELLERIER Salomon, CHALARD Lacombe, CHANONY Verni, CHAPEL Barrat, DALBIGNAT Geney, DELORME Rigoulet, Taussat, HERAUX Giat, HUGUET Pozat, Simonet, Travers, JURY Laurent, LAGEYRE Bertrand, Mercier, ROMEUF Simonet, TOURGON Barrou, Bourra.

            L’origine géographique d’un ancêtre peut fournir un surnom comme DELORME Cormède (du nom du village situé près de Pont-du-Château), HERAUX Giat (bourg à la limite du Puy-de-Dôme et de la Creuse), NUGEYRE Marat (dans les monts du Forez près d’Ambert), VIGERAL Marsat (village entre Riom et Clermont). Toujours dans l’origine géographique, dans deux cas on peut penser qu’un ancêtre a fait un service militaire en Champagne (BAGET Champagne) et un autre à Perpignan (RIBEROLLES Perpignan). Une femme originaire de la Loire a dû épouser un ROMEUF, nom éminent de Moissat, pour provoquer le surnom ROMEUF Fourinat. En effet ce qualificatif est attribué aux habitants de la Loire (Foréziens).

            Le métier et la fonction apportent leur lot de surnoms comme COURTY Gabeleire (celui qui récoltait la Gabelle, impôt sur le sel, rôle éminemment impopulaire), JACQUET Bacholier (celui qui fabriquait les « bacholles », grands baquets en bois pour la récolte et la manipulation de la vendange), JALLAT Capitaine, LAGEYRE Le Bailli. On peut imaginer que le premier GENESTOUX Le chasseur était une fine gâchette et que le premier MADEAURE Baguette jouait du tambour.

            Deux autres surnoms méritent des explications. D’abord TOURGON Bourra qui est le sobriquet des ascendants de ma propre grand-mère paternelle. Comme le père et le grand-père de cette femme étaient tisserands au cours du 19ème siècle, on pensait que ce surnom découlait de ce métier. En effet le mot « bourra » veut dire chiffon en patois du lieu. L’esprit facétieux de nos devanciers aurait vite fait le lien entre la toile tissée par mon arrière grand père et mon trisaïeul, et le chiffon. Or ce sobriquet remonte beaucoup plus loin que cette époque. Il était utilisé au moins dans le dernier quart du 17ème siècle, c’est-à-dire pendant le règne de Louis XIV, sans que mes ancêtres de l’époque soient déclarés tisserands. L’ironie du sort fait qu’au 18ème siècle c’était, entre autres, les TOURGON Barrou qui exerçaient le métier de tisserand. Mais qui sait, ce sobriquet provient peut-être d’un tisserand ou d’un tailleurs d’habits en des temps beaucoup plus anciens que la fin du 17ème siècle.

            L’autre surnom est HUGUET Seydet. J’ai rencontré souvent ce sobriquet en consultant les registres de catholicité, sans en comprendre la signification. Et un jour je tombe sur un HUGUET Six doigts. J’ai tout de suite fait le rapprochement entre les deux. « Seydet » peut être une façon d’écrire « six doigts » en patois du village. On peut donc affirmer que dans cette famille naquit un enfant ayant six doigts (aux mains ou aux pieds, ou les deux, on ne le saura jamais, mais peu importe). Les moissadaires de cette époque ont pérennisé l’événement en utilisant ce surnom.

            L’esprit facétieux évoqué plus haut existait bien autrefois. BAGET dit le médecin était en réalité vétérinaire !

                                                                                    MJ



24/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres