Nature et Patrimoine de Moissat

Les Origines De Moissat

 

I - MOISSAT BAS (MOISSAT L’EGLISE)

 

L’origine de Moissat Bas se perd dans la nuit des temps. Simon, abbé de Saint Lomer, envoya en Auvergne quelques religieux qui portaient avec eux les reliques de saint Lomer pour les soustraire aux Normands qui infestaient le pays et détruisirent même l’abbaye de Blois.

Le site de Moissat avait été bien choisi pour y établir un monastère. A l’abri des vents d’ouest par la hauteur qui, dans l’avenir devait porter Moissat le Chastel (389 m) et de ceux du sud ouest et du sud par les pentes qui contournent le village dans ces directions. La nature calcaire du terrrain fournissait la chaux nécessaire comme les pentes de Ravel toutes les pierres utiles. Partout des sources abondantes et non loin une petite rivière: le Litrou.

Le pays n’était pas de ces contrées incultes et inhabitées dans lesqelles s’établirent de nombreux couvents. A preuve que Guillaume le Pieux, comte d’Auvergne, acheta les terres de Moissat Bas à une dame de qualité nommée Valusiana pour les donner au monastère en l’an 910.

Le pape Jean X approuva cette donation et imposa aux moines la règle de Saint Benoît. Guillaume le Pieux fit aussi donation au monastère d’une terrre située à Billom et du lieu de Peschadoire et quelques temps après des terres de Bouzel et de Seychalles. Ces donations furent faites par actes authentiques en date de 912.

En 1075, Guillaume, comte de Thiers et sa femme, Adélaïde de Châlons, firent également don au monastère de Moissat l’Eglise, de Bort et du bois nécessaire au chauffage du couvent.

Nous manquons de précisions sur la vie du prieuré de Moissat pendant toute la période du Moyen âge.

Il ne fût certainement pas épargné lors des invasions ou des luttes intestines qui ensanglantèrent la terre d’Auvergne. Une preuve nous est fournie par les débris de la grande chapelle qui sont visibles dans le presbytère actuel. Mais à quel moment et dans quelles circonstances fut détruite cette chapelle, postérieure à l’église paroissiale et plus grande qu’elle ?

Les Normands furent les premiers envahisseurs. (Ce n’est pas ce qu’écrit l’auteur à propos de Chrocus au IVème siècle dans le chapitre consacré à l’église d’Espezen)

Dès 898, Eudes, fils de Robert le Fort, leur infligea une sanglante défaite à la butte de Monpensier, près d’Aigueperse, mais ils avaient ravagé ou détruit Saint Aventin de Beauregard, Issoire, Brioude et l’abbaye de Manglieu.

Pendant tout le Xème siècle, Sarrazins, Normands, Hongrois dévastèrent la France.

Comme ces hordes féroces suivaient les cours d’eau qu’elles employaient comme moyens de transport, nous voyons s’élever des châteaux sur les directions conduisant à l’Allier : Vertaizon, Buron, Mercurol, Usson, Craims, Ibois, Nonette sont du Xème siècle et probablement aussi le château de Montaigu, à trois kilomètres de Moissat, dont les trois enceintes encore visibles occupent un plateau de 130 mètres dominant de 170 mètres la vallée de Billom.

Au XIIIème siècle, une guerre terrible éclata entre Guy de La Tour, évêque de Clermont, et Robert, comte d’Auvergne et de Boulogne. Les terres contestées : Vertaizon, Lezoux et Mauzun, furent atrocement ravagées et Moissat était situé au centre de ces contrées.

 

II - LE CHATEAU FORT

 

Couronnant le monticule qui porte le bourg de Moissat-Haut, le château occupait le quartier appelé actuellement le Grand Fort et le Petit Fort.

Selon M. Ambroise Tardieu, sa construction remonterait au Xème siècle, et l'historiographe de l'Auvergne doit avoir raison. La fin du Xème siècle fut en effet l'époque où la féodalité qui avait pris naissance au IXème siècle, sous Charles-le-Chauve, commença à prendre sur le territoire tout entier une extension qui ne fit que progresser. Les petits seigneurs eux-mêmes cherchèrent à se rendrent indépendants des grands vassaux de la couronne. De là cette multitude de castels fortifiés, élevés surtout dans les lieux de difficile accès et dont les ruines attirent encore l'attention.

Il est donc permis de supposer que Robert et son frère Pierre, possesseurs de la terre de Moissat, dont ils portaient le nom, entrèrent dans le mouvement et furent les constructeurs du château (964).

Les vestiges qui en subsistent permettent une reconstitution relativement fidèle de son ensemble.On suit d'abord facilement la ligne de son enceinte qui figurait un quadrilatère à peu près rectangulaire d'environ cent mètres de longueur sur une quarantaine de largeur. Celle-ci étaient flanquée de plusieurs tours dont la tour de l'évêque a été démolie lors de la construction du presbytère actuel ; pas entièrement toutefois puisque sa partie souterraine intacte sert de fondement au belvédère de la maison de M. Pierre Reignat et que un pan de mur important a été utilisé dans l'aménagement intérieur de cet immeuble et aussi du presbytère.

La porte principale du château regardant le nord s'ouvrait sur la ruelle qui donne accès au petit fort et le logis seigneurial se trouvait vraisemblablement sur l'emplacement de la maison de M. Joseph Déplat et des constructions qui la joignent.

Au centre se dressait le donjon, puissante tour carrée, dont la base encore existante et haute d'une dizaine de mètres sert de cuvages et de caves à ses deux propriétaires, M. François Escuit et M. Jean Lageyre.

Sur le côté nord du donjon était la chapelle dédiée à saint Jean-Baptiste et qui, d'abord agrandie, puis complètement transformée, est devenue l'église paroissiale de Moissat-Haut.

 

III - LES SEIGNEURS DE MOISSAT

 

Robert de Moissat et son frère Pierre dont il a été déjà parlé furent probablement les premiers seigneurs de ce lieu. La date de 964 passablement reculée, voisine avec leur nom sur un manuscrit de l’époque. En 1075, on trouve Pons de Moissat. Astorg qui vint ensuite, laissa Robert dont le fils, Maurice, fut prieur de Saint Lomer en 1087.

Astorg et Robert furent les représentants les plus célèbres de cette famille; tous deux troubadours en renom, poètes et musiciens, ils composaient non seulement des chansons mais en faisait aussi les airs. Astorg eut en partage avec son frère Pierre la moitié du château de Moissat et, de plus, la forteresse de Lempty et une partie de la terre de Montaigut. Un chroniqueur du temps raconte que l’épouse du Comte de Thiers fût tellement sensible aux charmes du brillant troubadour qu’elle consentit à l’accompagner dans l’un de ses voyages, lequel, détail rassurant, ne fût pas suivi pour les deux amis de sérieux désagréments.

Eustorg, seigneur de Moissat et Espirat, vivait en 1124 (C’est un des seigneurs de Moissat qui a fait construire, au XIème siècle, le fort d’Espirat dont il ne reste plus que la grosse tour et le bâtiment du pont-levis. Il y avait un fossé tout autour du fort. Il était alimenté par un bief du Joron). Il est fait mention de Guillaume de Moissat en 1260. Un autre Robert est nommé en 1262.

Après extinction de cette famille, la chatellenie de Moissat passa à Hugue de Mai en 1327. François de Vaubécourt, gentilhomme lorrain, seigneur d’Ambrecourt et de Rochefort fût, avec Guillaume dit l’Hermitte de la Faye, coseigneur de Moissat en qualité d’époux de Jeanne Flotte de Ravel en 1401.

Moissat eut dès lors les mêmes seigneurs que Ravel.

Devenue veuve, Jeanne Flotte se remaria avec Jacques de Chatillon, grand panetier de France.Veuve une seconde fois et n’ayant eu d’enfant d’aucun de ses mariages, elle institua pour son héritier André de Chauvigny qui passa ses biens à sa fille, dame de Ravel et de Moissat (de Revello et de Magientaco), mariée avec Charles d’Amboise vers 1460.

De la même lignée suivirent Guy d’Amboise, sa fille Antoinette épouse de François de la Rochefoucault, Charlotte de la Rochefoucault femme de Louis de Comboursier, seigneur du Terrail, copropriétaire avec sa soeur Gilberte mariée en 1584 à Jean III d’Estaing.

La maison d’Estaing garda la propriété de la terre de Moissat jusqu’à la révolution et son dernier seigneur fût l’amiral comte d’Estaing qui commanda la flotte française pendant la guerre d’indépendance des Etats Unis et qui fût guillotiné le 28 avril 1794.

 



07/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres